mardi 18 décembre 2012

Yoseikan: Aikido et Jujutsu


Je regarde régulièrement les vidéos de nos amis hollandais qui pratiquent le Yoseikan Aïkido. Les sources l’Aïkido de Minoru Mochizuki sont relativement rares et je dois reconnaitre que ce qui est pratiqué aux Pays Bas est d’un très bon niveau. J’avais donc envie de partager cette vidéo, qui j’en suis sur pourra intéresser plus d’un pratiquant de Nihon Tai Jitsu.

 

J’apprécie particulièrement le fait qu’ils travaillent les deux facettes Jujutsu et Aïkido de l’école Mochizuki, là où le Nihon Tai Jitsu est plus axé sur le Jujutsu. Il m’aura fallu du temps pour apprécier l’Aïkido, et même si je ne le pratique pas au sein de ce courant cela me permet de mieux comprendre certaines choses et d’avoir un travail complémentaire à celui du NTJ. Plus rond, plus en sensations quand le NTJ est plus pragmatique et direct. Pratiquer uniquement l’Aïkido me frustrait pour diverses raisons, mais en complément de ma pratique j’y prends beaucoup de plaisir.

mercredi 12 décembre 2012

Un nouveau site pour la FMNITAI


Grâce au travail et au talent de Fred, la Fédération Mondiale de Nihon Tai Jitsu est dotée d’un nouveau site web dont je suis désormais le webmaster. Ce site est plus moderne et professionnel que le précédent et je pense une vitrine de qualité pour notre discipline, qui favorisera la communication entre les pays membres.

J’espère que cet outil pourra a son échelle participer au développement de la discipline a l’international.

lundi 10 décembre 2012

Le privilège de l ’âge


Je passe aujourd’hui le cap de la trentaine et je ne peux m’empêcher de penser à ce que mon père disait il y a 25 ans lorsque ce fut son cas : « je vais enfin être pris au sérieux au boulot ». Dans mon cas, plus qu’au boulot ou la question ne se pose pas réellement, c’est sur les tatamis qu’il pourrait y avoir une différence.  Car oui, indépendamment du niveau, les gens ont tendance à ne pas écouter un gamin, comme si l’âge était un critère de légitimité. J’ai pourtant pratiqué avec des gens plus jeunes que moi et beaucoup plus expérimentés, comme en Corée avec le fils de Me Ko Baek Young (qui devait avoir environ 25 ans et méritait sans le moindre doute son 4e dan).

J’ai d’ailleurs une anecdote amusante à ce sujet, que j’ai longtemps hésité à mettre ici. Lors du festival de la All Japan Budo Federation en septembre, de nombreuses photos ont été prises, dont bien sur certaines avec les représentants étrangers. Quelques jours après, lorsque les photos ont été mises en ligne, je n’ai pu m’empêcher d’esquisser un sourire en voyant que celles publiées étaient celles prises 30 secondes avant mon arrivée et que la légende stipulait qu’il s’agissait des « senior representatives ».  Je ne cours pas spécialement après la reconnaissance, et être présent à ce festival suffit à combler mon ego mais à ma connaissance, tous les participants étaient invités au même niveau, qu’il s’agisse de jeunes enfants ou de Kawano sensei. Il est d’ailleurs également amusant de voir que je ne me suis jamais fait snober par des asiatiques, mais c’est une autre histoire.

Aussi bête que cela puisse paraitre, je suis réellement curieux de la différence que l’âge pourra avoir sur ma crédibilité. Une solution serait peut-être de me faire pousser la barbe, mais il semblerait que ça soit assez compromis.

mardi 4 décembre 2012

Recyclage


Il y a peu de temps, Akuzawa sensei était en France pour sa visite biannuelle et la fameuse formation instructeur. Comme d’habitude j’étais absent, à mon grand regret. Cela fait partie des mauvais côtés d’être ici. Le bon côté est revanche est que Tokyo est plus proche que Paris et qu’Akuzawa sensei est particulièrement généreux et disponible.

J’ai grand besoin d’un recyclage, mon dernier passage à Tokyo date d’un an et demi et je n’avais participé qu’au cours classique dans lequel de nombreux exercices (hors des classiques) sont pratiqués. Il est assez compliqué d’en comprendre le sens et j’avais seulement réussi à en retirer une ou deux choses. Depuis j’ai eu l’occasion de passer au cours de Christophe Martin au Kishinkan, mais a nouveau ce ne fut que deux cours et même si les corrections m’ont aidé, cela fait déjà quelques mois et j’ai probablement besoin d’un retour complet de sensei et de conseils personnalisés.

Ça tombe très bien, je ne savais toujours pas quoi faire pour le nouvel an chinois. Je craignais que sensei ne soit pas disponible pour cause de jours fériés mais il semblerait que ça ne soit pas le cas. Au programme, le cours du samedi avec ses élèves et entrainements privés lundi et mardi. Je trouve les deux parties tout aussi intéressantes. D’abord parce que les élèves sont la meilleure preuve de la qualité de l’enseignement qui est dispensé. Tous ont acquis quelque chose et voir leur évolution au fur et à mesure des années est particulièrement intéressant. Ils sont tous aussi très sympathiques et n’hésitent pas à donner des conseils, conseils qui apportent beaucoup parce que leur niveau est plus proche du mien que celui d’Akuzawa et qu’ils ont probablement en mémoire le moment où ils passaient par là. Mais le cours privé en lui-même est un véritable boost, comme l’est certainement la formation intensive en France. Les exercices sont adaptés aux besoins individuels et les nombreuses explications permettent d’affiner sa compréhension.  

Tous les cours prives que j’avais faits avec sensei datent de la première moitié de 2010 (mars et avril). Ils m’avaient énormément apporté et clairement mieux sur les rails pour les années à suivre. Mais presque 3 ans après (un chiffre qui semble classique dans les arts martiaux), je crois qu’il est grand temps d’y retourner et de recadrer les choses.

vendredi 30 novembre 2012

Un challenge de taille


Trois personnes nous ont rejoints hier pour faire un cours d’essai. Ils avaient l’air très contents de leur expérience et si tout va bien ils seront de nouveau avec nous la semaine prochaine, ce qui me ravit à plus d’un titre. Déjà parce que je suis content que des gens soient intéressés par ce que je propose (non, je n’ai pas tué l’ego), ensuite parce qu’ils sont particulièrement solides physiquement et que j’aime les challenges.

A vue de nez le plus léger doit faire dans les 100kgs, alors que son frère doit frôler les 140 et travaille comme portier. C’est clairement un client. Bouger un type dont le gabarit est le double du mien n’est pas impossible, à condition de le faire correctement. Akuzawa sensei le fait d’ailleurs sans aucun souci. Je crois que c’est une excellente opportunité pour l’ensemble du groupe et qu’elle permettra à tous de mieux saisir l’importance des principes et de l’utilisation du corps, le travail force contre force dans ce cas présentant très vite ses limites… 

Les prochains cours promettent d’être passionnants !