lundi 16 avril 2012

Du NTJ a HK

Mardi dernier a eu lieu le premier cours de NTJ a HK suite à la création du groupe Meetup. Nous étions 4, ce qui pour une première fois n’est pas si mal. D'autant plus que le Jujutsu n'a pas la cote ici. S’agissant d’une introduction (2 personnes sur 3 n’ayant jamais pratiqué le style, et l’une d’entre elles jamais pratiqué les arts martiaux), le cours a été soft et s’est focalisé sur des techniques basiques : waki gatame, tai otoshi, kote gaeshi, nikkyo, etc. mais aussi sur les te hodoki, qui sont au cœur du NTJ.

Le prochain cours a lieu ce soir et si tout se passe bien nous pourrons continuer à construire sur cette base.

mercredi 11 avril 2012

Hapkido à Nort sur Erdre

Dernier entrainement de mon séjour, c’était aussi l’un de ceux que j’attendais le plus. J’ai rencontré Romain en même temps que Jacques lorsque j’ai débuté l’Hapkido. Contrairement a nous, Romain débutait dans les arts martiaux, et je dois reconnaitre qu’il a eu une progression excellente au cours de ces quelques années. Pas par hasard, il a beaucoup pratiqué, et surtout de façon intelligente. Beaucoup plus en sensations que la plupart des gens.


Il a ouvert son club en début d’année et j’avais très envie de le voir enseigner et de le voir évoluer dans sa salle avec ses élèves. Quand il m’a gentiment demandé la veille si je voulais faire le cours, je me suis empressé de refuser. Non pas que je ne veuille pas essayer d’apporter quelque chose, mais j’avais vraiment envie de suivre son cours. Cela a été permis par Hélène, qui pratiquait également avec nous à Nantes, et qui m’a gentiment amené, le dojo n’étant pas facilement accessible depuis Nantes.

Je n’ai pas été déçu, le cours a été diversifié et de bonne qualité. Les élèves sont motivés bien qu’encore peu nombreux (enfin toujours plus nombreux que les miens, soyons clairs !) et sympas. Quant à la salle, la jalousie m’empêche de la décrire.

Merci à Romain pour son accueil, bonne continuation à toi et à tes élèves !
Merci Hélène de m’avoir permis de vivre ça !



Plus d'infos sur le site du NAC Hapkido

Kali à Nantes avec Jacques

Mon passage à Nantes m’a également permis de refaire un entrainement en solo avec Jacques au palais des sports. Sa pratique a beaucoup évolué depuis mon départ et s’est particulièrement tournée vers le Kali (Doce Pares avec Frans Stroeven et Kali Majapahit avec Fred Evrard). Shotokan de formation, nous nous étions rencontrés au Hapkido lors de mon cours d’essai fin 2005, puis la semaine suivante a un stage de NTJ avec Roland Hernaez. Nous partageons clairement une passion pour les arts du combat, quels qu’ils soient, et probablement cette boulimie un peu difficile a comprendre pour notre entourage.

Pendant ces deux heures, nous avons surtout travaillé des exercices de Kali, et particulièrement Hubud. J’aime beaucoup ces drills, qui permettent de travailler les techniques de manière moins statique et de travailler ses sensations et sa spontanéité. Toutes les possibilités sont travaillées et s’il est facile de se faire des noeuds au cerveau, c’est également une excellente approche pour libérer le corps de la tête et permettre aux techniques de sortir d’elles-mêmes. J’ai aussi apprécié retrouver les techniques improbables de contrôle, si spécifiques à ces styles.

Je n’avais pas eu l’occasion de pratiquer de style sud-est asiatique depuis le dernier passage de Maul Mornie à HK, et j’avoue que ça m’avait manqué. J’ai beau adoré le Jujutsu, le « mouvement » de ces arts me laisse toujours rêveur.

Ca a aussi été l’occasion de me rappeler à quel point Jacques est un « client » quand il s’agit d’arts martiaux. Ses techniques sont appuyées, il est solide sur ses appuis et lui passer quelque chose n’est pas une mince affaire. J’ai eu la sensation pendant ces quelques jours/heures de ne jamais être parti. C’est une sensation intéressante, à la fois agréable et un peu triste.

lundi 9 avril 2012

Stage de Nihon Tai Jitsu à Nantes

Mon ami Jacques et son prof de Karaté Ali Rechdaoui, directeur technique du Karaté Club de Nantes m'ont invité mardi et mercredi à donner un cours à leurs élèves (Karaté et Kali).

J'ai choisi d'orienter le cours sur le corps à corps et plus particulièrement les mises en déséquilibre, qui me semblent des points trop peu traités en Shotokan, espérant ainsi amener quelque chose de nouveau à la plupart. Ce fut chose faite à travers plusieurs techniques, chacune amenant une façon différente de faire: te hodoki, création du déséquilibre au contact, frappes pour casser la structure ou encore points de pression. Un panel technique relativement large, dont le but était réellement de revenir à la source: altérer la structure de l'autre pour le manipuler plus facilement.

Il est toujours amusant de voir quelqu'un subir des clés sans y être habitué. La réaction est immédiate et souvent accompagnée d'un cri de douleur (je promets que je n'ai pas forcé), ce qui me faisait un peu penser à la réaction de certains de mes camarades d'Aikido lorsqu'ils subissent Yonkyo. Je suppose que la surprise et la peur sont parfois plus douloureuses que la technique elle même!

Dans l'ensemble je crois que ça a été plutôt apprécié, et malgré le monde plutôt inhabituel pour moi, il n'y a pas eu de soucis. Romain nous a même rejoints le mercredi avec un de ses élèves et m'a servi de cobaye, avant prendre sa revanche le jour suivant.

Merci en tout cas à Jacques et Ali!


dimanche 8 avril 2012

La découverte du Jujutsu par des capoeiristes

Mardi soir, j'étais convié à donner un aperçu du Nihon Tai Jitsu à un groupe de capoeiristes de Nantes, par le biais de Gaël, webmaster de Kanpai. J'étais à la fois très heureux de le faire, conscient des capacités corporelles hors normes des capoeiristes et un peu inquiet de ne pas trouver un angle intéressant pour eux.

Au final, le cours s'est très bien passé et a je crois été assez apprécié par tous. Nous avons débuté par une projection (tai otoshi) qui s'est avérée beaucoup trop facile pour eux. J'ai donc remanié le cours pour faire surtout des clés et des points de pression, histoire de les mettre un peu en difficulté.

Ce qui m'a le plus amusé dans tout ça, hormis l'ambiance exceptionnelle, est la capacité dont ils faisaient preuve pour sortir des certains techniques de façon complètement improbable! Vraiment intéressant. J'avoue que je n'osais pas trop marquer les clés pour les en empêcher (ce qui n'aurait pas forcément suffi d'ailleurs). Une personne hyper l'axe ne sent pas forcément la douleur mais ça n'empêchera pas l'articulation de sauter...

En tout cas cette session à confirmé plusieurs choses dans mon esprit. Avoir un corps à l'aise dans l'espace est un atout formidable pour pratiquer n'importe quel art martial, et la capoeira permet d'acquérir d'excellentes qualités. L'autre point est qu'il ne faut jamais considérer que la réaction d'une personne à une technique sera évidente, certaines des réactions obtenues ayant été totalement aberrantes d'un point de vue de mon école mais pourtant tout à fait valides au final!

Merci a Gaël et Aventura pour cette opportunité, j'ai vraiment passé un bon moment!

samedi 7 avril 2012

NTJ et SARC à St Germain en Laye

Seconde étape de mon passage en France: Thierry Durand à St Germain en Laye, qui enseigne désormais le SARC en plus du Nihon Taï Jitsu. J'étais curieux de découvrir cette discipline qu'il a commencé à enseigner après mon départ.

Thierry est, avec Max Lormeteau, mon premier professeur et clairement celui avec lequel j'ai passé le plus de temps. Mes bases viennent donc de lui et toute ma pratique a été influencée par ces quelques années. Aujourd'hui encore, il reste l'une de mes principales références techniques, et ce même si j'ai quitté le club depuis bientôt 10 ans.

Retrouver l'endroit d'abord, le dojo, le quartier de mon enfance, etc. a été particulièrement agréable. Retrouver Thierry et les anciens, toujours fidèles au poste également! Plus que la pratique, je crois que c'est surtout retrouver les copains qui fait plaisir dans ce genre de situation.

La partie NTJ a ressemblé à un cours habituel, rien de bien neuf de ce côté. La nouveauté venait plus de SARC, école de self orienté Kyusho (points de pression). L'approche est intéressante parce qu'elle amène sur des techniques similaires des détails supplémentaires: point exact de la frappe, et angle de celle-ci. Sans être absolument révolutionnaire (on cherchait déjà à taper là où ça fait mal), c'est un peu plus carré de cette façon. Ca n'est pas vraiment ma recherche actuelle qui est plus orientée sur la structure via Aunkai, mais ça n'a rien d'incompatible non plus, bien au contraire. Et j'étais de toute façon très heureux de voir comment Thierry avait évolué dans sa pratique depuis toutes ces années. Je n'ai pas été déçu, ça dépote!

jeudi 5 avril 2012

Passage au Tai Jitsu Club de Paris

J'ai commencé mon voyage par un passage au Tai Jitsu Club de Paris, dirigé par Louis Mercier. Club dans lequel j'ai surtout pratiqué en 2005, alors que j'étais en stage à Paris. L'organisation des cours a quelque peu changé depuis, notamment avec un cours de self en jean-tshirt avant le cours en keiko gi. Plus pragmatique. Cela étant dit les techniques étaient plus ou moins les mêmes que celles pratiquées en gi à l'époque, Louis ayant toujours eu un goût prononcé pour la self défense.

J'ai été frappé par le nombre de pratiquants, apparemment peu élevé par rapport à leurs habitudes en raison du passage de grade. Pourtant avec bien 50 personnes dans la salle j'étais plutôt impressionné!

Le point qui m'a malgré tout le plus marqué est la façon dont Louis met en avant ses élèves avancés. J'ai beau le savoir, c'est toujours amusant. Il est déjà le seul enseignant que je connaisse qui mette tous les instructeurs à ses côtés pour le salut. Après le passage de grade, il a proposé que ses instructeurs fassent eux aussi des commentaires, vantant leur expérience, etc. Hormis le but de flatter l'égo en disant des choses très (trop?) positives à ses instructeurs, ça a également le mérite de les encourager, ce qui est une bonne chose. Les critiques négatives ne sont pas absentes non plus mais toujours formulées de façon intéressante.

C'est peut être le point qui m'a le plus marqué lors de mon année chez lui et des stages ou j'ai pu le suivre par la suite: sa pédagogie. Sa capacité à raconter des anecdotes à dormir debout mais dont le message final marque, à mettre les élèves en avant, ou encore à corriger une abominable erreur en proposant une version "différente" qui s'avère nettement plus appropriée.